Atlantia joue la carte des vedettes et de la diversité culturelle pour sa saison 2019-2020

La direction du palais des congrès Atlantia vient de présenter la saison culturelle 2019-2020, qui se caractérise par la présence de nombreuses vedettes et par une diversité renforcée. Ainsi, on pourra assister à des comédies, avec notamment Michèle Laroque, François Berléand ou Michèle Bernier, mais également à des spectacles plus élitistes, comme avec Richard Berry, qui reprendra les plaidoiries des grands maîtres du barreau, à des incontournables aussi, avec Fabrice Luchini pour son spectacle « Des écrivains parlent d’argent », et à des rendez-vous musicaux avec le Grand ballet de Kiev qui interprétera « Casse-Noisette », ou un concert de Michel Jonasz. Corinne Denuet, directrice générale d’Atlantia, revendique ce choix : « Ce qui fait le charme de La Baule, c’est l’unité de lieu. C’est-à-dire que sur une même scène, dans un seul palais des congrès, nous avons la chance d’accueillir 30 spectacles dans l’année sur une dizaine de thématiques différentes. Nous apprécions le côté très populaire des pièces qui nous sont proposées par les producteurs tourneurs et notre objectif est de rendre accessibles toutes les animations et de faire en sorte que des jeunes, comme des moins jeunes, des familles, comme des personnes seules, puissent trouver du plaisir, sur un agenda confortable, puisque cela couvre essentiellement les weekends et les vacances scolaires. Lorsque l’on vient en villégiature à La Baule, il se passe toujours quelque chose ! » Corinne Denuet évoque une programmation qui accorde une large place à l’humour : « Nous allons chercher des grands talents comme Jérémy Ferrari, Laura Laune ou Anne Roumanoff, mais aussi des talents émergents. L’événement, c’est également Fabrice Luchini qui va finir notre saison en beauté le 6 juin 2020 et il va nous livrer les coulisses des écrivains qui parlent d’argent. Par rapport à l’actualité ambiante, les gens ont envie de se divertir. L’humour est aussi un axe qui permet de travailler sur des sujets en profondeur et la dérision permet de faire passer des messages. Les artistes savent qu’ils auront un public qui saura comprendre le second et le troisième degré ». En province, les théâtres ont souvent tendance à avoir une programmation assez élitiste et subventionnée, comme s’il s’agissait de compenser un complexe de ne pas être parisien… Mais à La Baule, ce complexe n’existe pas et l’on n’hésite pas à adopter une approche populaire : « Nous ne sommes pas spécialement élitistes. On s’adresse à l’ensemble de la population qui aime bien les spectacles d’humour, qui aime bien réfléchir aussi, qui apprécie la musique classique et les ballets. Toutefois, il est vrai que nous sommes plus ouverts à une population qui ne cherche pas à se faire des nœuds dans le cerveau, mais à se distraire ! » souligne Xavier de Zuchowicz, adjoint au maire de La Baule et président d’Atlantia.

Une clientèle en provenance de Paris et de toute la région.

Cette programmation variée permet de toucher une clientèle en provenance de l’ensemble de la région : « Nous touchons toutes les générations, toutes les communautés, et nous allons chercher notre public bien plus loin, avec des gens qui viennent de Rennes, d’Angers, de Nantes et même de Vendée. En concentrant toute la programmation sur un lieu, cela permet de s’abonner à moindre coût et d’avoir une animation toute l’année à La Baule grâce à Atlantia ». Les dirigeants d’Atlantia observent même la présence de Parisiens au sein de la clientèle, puisque les gens ont de plus en plus de mal à aller au théâtre à Paris, en raison des travaux et des difficultés de circulation et de stationnement. Xavier de Zuchowicz a également retravaillé la programmation : « Cette année, nous commençons les programmes à 20 heures, et non plus à 20 heures 30. Cela permet aux Baulois, qui sortent plus tôt que les Parisiens, de venir au théâtre à 20 heures et d’aller ensuite dans les restaurants aux alentours. Nous avons aussi deux programmations qui ont lieu une fois le samedi soir et une autre fois le dimanche après-midi, donc cela permet d’attirer plus de monde. Enfin, nous avons fait un effort pour attirer davantage de jeunes et nous avons un certain nombre de spectacles qui sont proposés à des prix beaucoup plus attrayants pour les jeunes ».

Un projet d’agrandissement d’Atlantia.

Le président d’Atlantia signale que tout cela est rendu possible grâce au travail des équipes : « L’ensemble de l’équipe d’Atlantia est toujours disponible à des heures impossibles, pour faire en sorte que les gens soient bien accueillis, afin que les décors soient bien montés et que la sécurité soit assurée. Ils font un excellent travail ». Un nouveau projet est en cours : « Nous allons sans doute agrandir les possibilités d’Atlantia en montant jusqu’à 1 200 personnes ». Enfin, Corinne Denuet souhaite renforcer l’image nationale et internationale de La Baule : « Nous travaillons sur la nécessité de conforter la lisibilité de La Baule à l’échelle nationale dans le domaine événementiel, sur le renforcement de l’attractivité, de l’accueil des congrès, et nous travaillons sur des durées de plus en plus longues. L’idée étant que les visiteurs se transforment aussi en touristes. Nous aurons trois congrès européens et nous voulons développer cet axe, puisque cela contribue au rayonnement de la ville et cela amène des retombées économiques et sociales sur notre destination, avec des partenaires qui peuvent travailler en période creuse ».

Xavier de Zuchowicz au micro de Kernews

Corinne Denuet au micro de Kernews

1 commentaire sur Atlantia joue la carte des vedettes et de la diversité culturelle pour sa saison 2019-2020

  1. Bravo Corinne c’est toujours de beaux spectacles que vous programmez . Continuez comme cela pour la variété de vos choix dans la qualité .

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*