Batz-sur-Mer devient une commune classée Station tourisme

C’est une annonce importante pour Batz-sur-Mer et ses habitants : le Journal Officiel du 17 octobre dernier a entériné le classement de la commune comme Station de tourisme. Adeline L’Honen, maire de Batz-sur-Mer, avait refusé de rejoindre l’office de tourisme intercommunal, or cette distinction lui confère des moyens supplémentaires pour développer, en toute autonomie, l’attractivité de Batz-sur-Mer : « Je suis très fière de ce classement parce que Batz-sur-Mer est la 415e commune de France classée Station de tourisme, sur 942 communes touristiques. Ce n’est pas rien pour une commune de notre taille ». Elle revient sur sa démarche : « Nous avons engagé cette procédure en décembre 2016, après l’acte 3 de la décentralisation qui rendait obligatoire le transfert de la compétence tourisme aux communautés de communes, en l’occurrence Cap Atlantique, et la loi Montagne a aussi permis aux communes classées Station de tourisme de conserver cette compétence tourisme. L’équipe municipale a décidé de garder cette compétence au niveau municipal parce qu’il y avait un réel intérêt pour la commune et ses habitants. Il fallait faire vite, car l’office de tourisme était classé en catégorie 3 et il fallait obtenir le classement en catégorie 1. Il fallait donc monter deux marches. Nous avons décidé de tenter le coup et nous avons obtenu le classement de l’office de tourisme. C’était une étape obligatoire pour obtenir le classement Station de tourisme ». Adeline L’Honen souligne que les avantages sont nombreux : « Nous multiplions notre population par six ou sept au plus fort de l’été et cela nous permet un surclassement démographique. Nous avons l’affectation directe du produit de la taxe additionnelle aux droits d’enregistrement, ou la taxe publicité qui, normalement, n’est accessible qu’aux communes de plus de 5000 habitants. Ce surclassement nous apporte les moyens financiers et humains pour nous permettre de maintenir la qualité du cadre de vie pour chacun, que ce soient les habitants à l’année, les résidents secondaires ou les vacanciers. Cela nous permet d’apporter des services adaptés à cette augmentation de la population au plus fort de l’été, à travers un accueil de qualité, des ambassadrices trilingues, une ouverture au minimum 300 jours dans l’année… Cela nous permet aussi d’embaucher des saisonniers pour la propreté des rues, pour le fleurissement, ou pour organiser les festivités. Ce sont également des moyens supplémentaires pour garantir la sécurité de chacun et nous pourrons ainsi maintenir notre troisième poste de policier. Cela nous permet d’embaucher des sauveteurs l’été et, évidemment, de dimensionner les infrastructures, comme les parkings, les sentiers ou les espaces publics ». Enfin, Adeline L’Honen précise : « C’est aussi un soutien économique puisque, si nous avons moins de fréquentation sur la commune, les commerces marchent moins bien, avec tout ce que cela peut avoir comme conséquences. C’est pour cette raison que nous voulions à tout prix obtenir ce classement et toute l’équipe municipale est fière du travail accompli par nos équipes ». Il y a quelques années, certains élus de la presqu’île étaient convaincus que la stratégie de Batz-sur-Mer se révélerait être un échec et que, tôt ou tard, la commune se fondrait dans l’office de tourisme intercommunal, mais aujourd’hui, pour reprendre un slogan publicitaire, force est de constater : « elle a tout d’une grande » station touristique…

Adeline L’Honen sur Kernews

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*