L’office de tourisme de La Baule – Presqu’île de Guérande dresse un bilan positif de la saison 2019.

Comme chaque année, l’office de tourisme de La Baule – Presqu’île de Guérande vient de présenter le bilan de l’activité touristique. Ainsi, 2019 se révèle être un bon millésime, avec une fréquentation stable dans les différents offices de tourisme. La période d’avril à fin septembre concentre la majorité des flux de visiteurs et, fin août, la fréquentation atteignait déjà 80 % des visiteurs de l’ensemble de l’année 2018. « C’est la troisième année que nous existons et, pour cette troisième année, nous sommes relativement satisfaits. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, avec une fréquentation en hausse et un chiffre d’affaires également en hausse. La saison a démarré un peu plus tôt, mais le mois de juillet a été difficile en raison des fortes chaleurs. C’est paradoxal, mais les gens n’étaient pas forcément là où on les attendait » explique Jean-Pierre Branchereau, maire de La Turballe, vice-président de Cap Atlantique et président de Destination Bretagne Plein Sud. Cette année, le mois d’avril a été particulièrement dynamique, le mois de mai a été plutôt creux et, en juin, le weekend de Pentecôte a été très fréquenté. La destination est attractive : « Il faut toujours se perfectionner, mais on se rend compte que nous avons la chance d’être dans un territoire dynamique, entre la terre, la mer et le sel, et nous avons beaucoup d’activités hors saison. Par exemple, il y a les Saveurs d’octobre et beaucoup de manifestations qui nous incitent à développer le tourisme à l’année ». Ingrid Perrais, responsable de la promotion et des relations presse, ajoute que les campagnes de communication ont été très efficaces, notamment la grande banderole installée à la Gare Montparnasse à Paris : « On ne pouvait pas nous rater… Mais cette action a aussi été combinée avec d’autres choses que nous avons réalisées avec nos collègues de la région Bretagne et des Pays de la Loire. L’idée était de promouvoir la destination La Baule – Presqu’île de Guérande comme un territoire ouvert à l’international et je pense que cela a porté ses fruits ». Elle annonce qu’une campagne importante est prévue en 2020 sur les vols Air France  : « Nous travaillons sur le prochain plan d’action de promotion, pour une période de deux à trois ans. Nous allons commencer une grosse campagne sur Air France, à partir du 1er janvier, puisque nous serons présents pendant six mois dans les avions avec notre film, qui sera diffusé en français et en anglais sur les grandes lignes, toujours dans l’objectif d’attirer une clientèle internationale. Actuellement, nous avons 12 % de fréquentation de clientèle étrangère et nous souhaitons évidemment augmenter ce chiffre ».

Les étrangers plus nombreux.

L’autre constat, c’est que la clientèle étrangère est de plus en plus nombreuse, même si le public français reste toujours majoritaire. On note cependant un recul des Britanniques et une percée des Espagnols, qui étaient peu visibles précédemment : « Nous avons beaucoup d’Allemands, ce n’est pas vraiment une surprise, mais aussi parfois des Australiens ou des Chinois, dans une moindre mesure. Ce n’est pas le même mode de voyage. En effet, quand les étrangers non européens viennent, ils font cinq pays en cinq jours, et il est donc assez difficile de les accueillir pendant plus d’une journée » comme le souligne Jean-Pierre Branchereau. Les Allemands ont été également plus nombreux sur la presqu’île grâce au succès des romans policiers et de la série télévisée Commissaire Dupin, dont la presqu’île de Guérande est le cadre d’une enquête. Selon Ingrid Perrais, cela a eu pour effet de constituer une promotion énorme en Allemagne : « Il y a des marchés très importants pour nous, notamment l’Allemagne, puisque nous avons la chance d’avoir eu le tournage du téléfilm Commissaire Dupin, qui a connu un grand succès en Allemagne, et cela nous a amené beaucoup de clients. Toutes les aventures du commissaire Dupin se passent en Bretagne et le quatrième opus se déroule au cœur des marais salants. Nous avons été obligés de créer une carte touristique en allemand, qui a été distribuée dans 500 librairies en Allemagne à côté du livre sur la nouvelle enquête du Commissaire Dupin. Depuis, nous avons des Allemands qui arrivent pour repérer les lieux ! »

L’union fait la force.

Jean-Pierre Branchereau, qui ne se représentera pas l’an prochain à la mairie de La Turballe, tient à défendre le bilan de l’office de tourisme intercommunal et il souhaite que son successeur poursuive le travail accompli : « Il a fallu s’adapter dès le démarrage, puisque nous avions 12 offices de tourisme, avec des structures différentes, donc il a fallu s’adapter… Il y a eu l’étape de la structuration, puis un site Internet digne de ce nom. Maintenant, c’est à nous de travailler pour aller chercher les touristes. Le temps où les touristes viennent d’eux-mêmes est terminé et il nous incombe d’aller les chercher. Il faut se faire connaître. Le temps où les gens venaient en vacances à La Baule pour un mois n’existe plus ! » Surtout, les prochains élus ne devront pas oublier que « nous ne sommes que de passage. La structure existait avant d’une autre manière, elle existe maintenant, elle est dynamique, elle est efficace.. Donc, il ne faut pas que le futur élu en charge du tourisme vienne détruire ce que nous avons mis un peu de temps à construire. Il faut rester humble et simple, ne pas oublier que les élus ne sont que de passage ». En conclusion, selon l’avis même des professionnels interrogés par l’Office de tourisme, le bilan est satisfaisant, puisque 79 % se déclarent contents ou très contents : « la fréquentation touristique de l’été a ravi les professionnels, quels que soient les secteurs, les partenaires de l’hébergement tempérant un peu l’engouement général, même si leur perception de la saison reste très positive ». Dans son étude, l’office de tourisme de La Baule -Presqu’île de Guérande indique que 86 % des partenaires annoncent un chiffre d’affaires stable ou en progression, particulièrement pour les activités de loisirs et un peu moins pour les hébergements.

Jean-Pierre Branchereau, maire de La Turballe, vice-président de Cap Atlantique et président de Destination Bretagne Plein Sud, au micro de Kernews

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*