Pierre-Jean Chalençon : « Des gens comme Coluche, Thierry Le Luron ou Pierre Desproges seraient aujourd’hui en prison à cause de toutes ces associations marxistes, léninistes, communistes ! »

Pierre-Jean-Chalençon est historien, spécialiste de Napoléon, chroniqueur de télévision et aussi comédien, puisqu’il prépare une pièce de théâtre avec Olivier Lejeune. La vedette des plateaux de télévision a passé quelques jours à Guérande pour travailler sur son spectacle avec Olivier Lejeune. Un entretien vraiment sans langue de bois. Selon lui, « aujourd’hui, on est aseptisé, on n’ose plus dire des choses, on est contrôlé. Il y a des choses qui étaient d’une totale banalité il y a une trentaine d’années et que l’on ne peut plus dire. D’ailleurs, il n’y a plus de vrais humoristes. Il y a Olivier Lejeune encore, mais des gens comme Coluche, Thierry Le Luron ou Pierre Desproges seraient aujourd’hui en prison à cause de toutes ces associations marxistes, léninistes, communistes ! il faut arrêter entre les pro-gays, la Licra, les anti-machins et les anti-trucs. Alors, je dis :  fuck you ! On en a marre, on est des êtres humains… Aux États-Unis, ils vont tous chez un psy. Les Français n’ont pas encore de psy, de toute façon ils n’ont pas l’argent pour aller chez le psy, puisqu’ils sont tous endettés. Aujourd’hui, pour aller au restaurant, il faut être inscrit sur La Fourchette, c’est-à-dire payer moins 30 à 40 %… Le fisc français harcèle les derniers contribuables qui ont un peu d’argent, mais les vrais riches sont partis depuis dix, vingt, trente ou quarante ans… Monsieur Bernard Arnault, Monsieur François Pinault et tous ces gens-là ont déjà des multi comptes à l’étranger. Je fais partie d’un service public, mais totalement aseptisé aussi, donc on ne peut plus rien dire et c’est triste. Alors, je m’intitule réanimateur public. Je n’ai besoin de personne pour vivre. Je suis mon propre patron, j’ai fait ma fortune, je suis un collectionneur, je suis un historien… Je peux très bien arrêter la télévision.  Et tant pis pour les gens, parce que je pense que je suis un bien qui devrait être remboursé par la Sécurité sociale… Je trouve que nous vivons dans une société triste et aseptisée ».

Pierre-Jean Chalençon sur Kernews

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*