Square Hervo : Pornichet développe l’attractivité de ce site stratégique.

La ville de Pornichet a engagé d’importants travaux, depuis octobre dernier, dans le secteur du viaduc du port, du square Hervo et de l’espace dunaire. Pour la municipalité, il s’agit d’un lieu stratégique à la croisée des ports, du cœur de ville et du front de mer. L’objectif est de conforter et faciliter les liaisons douces, tout en valorisant et en conférant un nouveau souffle à ces zones parfois délaissées. En effet, se rendre à pied du centre-ville au port de plaisance n’est pas une évidence, alors que dix minutes de marche séparent les deux endroits. C’est donc avec l’objectif de « rapprocher psychologiquement le port du centre-ville et du remblai » que ces travaux ont été entrepris. D’abord, des opérations de consolidation ont été menées sur le viaduc, avec la mise en place d’une promenade piétonne, d’une piste de priorité destinée aux cyclistes et une nouvelle ambiance lumineuse. Du côté du square Hervo, des îlots de verdure sont créés avec un bassin pour permettre aux petits, comme aux grands, de faire naviguer des embarcations miniatures. Le site pourra même accueillir ponctuellement des kiosques. Enfin, des jeux et du mobilier urbain (bancs, pergola…) sont installés pour en faire un vrai lieu de vie ouvert sur la mer, mais également sur l’espace dunaire. Ce dernier deviendra un véritable site de promenade avec, là aussi, la création d’îlots de végétation protégés, avec la possibilité d’accueillir ponctuellement des animations.

Valorisation de la dune du Square Hervo.

La ville de Pornichet souligne que l’espace dunaire, situé derrière le square Hervo, a subi les assauts répétés de l’activité humaine. Résultat : une dune appauvrie et dégradée. L’opération de valorisation et de protection, lancée dans le cadre de réaménagement du square Hervo, permet aussi de redonner vie à ce lieu. Matthieu Picot, architecte paysagiste de l’Atelier Campo, explique sa démarche : « Avant de réfléchir à l’aménagement de l’espace dunaire, nous avons fait un état des lieux écologique de l’espace dunaire. Le résultat était sans appel : nous avons là un vestige d’une dune très dégradée, dite « grise » car figée, pauvre en faune et en flore. Or, pour qu’une dune vive, elle a besoin de bouger pour favoriser la pousse des plantes et ainsi favoriser le retour de toute une biodiversité : abeilles, oiseaux… Tout d’abord, nous allons reformer des dunes qui seront protégées par des ganivelles afin d’éviter le piétinement. Elles permettront au sable de se déplacer pour favoriser la pousse de certaines plantes dunaires protégées, comme le panicaut maritime. Et puis, autour de ces dunes, sera aménagé un jardin dunaire invitant à la promenade ».

Des mosaïques de Delphine Deltombe pour le bassin à bateaux…

Le bassin à bateaux de 15 mètres de diamètre est entièrement habillé de mosaïques en nuances de blanc, réalisées par Delphine Deltombe dans son atelier nantais. L’idée est de faire de ce futur bassin « un bijou posé sur le sable » et 180 plaques de carreaux sont nécessaires pour recouvrir les 47 mètres de linéaire de bassin. Le montage aura lieu ce mois de mars afin que les petits bateaux puissent naviguer dès le début du printemps. Au micro de Kernews, Delphine Deltombe est revenue sur son parcours : « J’ai découvert la mosaïque pendant mes études d’architecture, avec des cours sur l’imaginaire et l’architecture, cela concernait les créations de Gaudi, de Niki de Saint Phalle, du facteur Cheval ou de la technique de « pique-assiette ». Tout cela m’a beaucoup intéressée et, finalement, je me suis installée comme mosaïste en janvier 1998, après avoir fait un stage avec une mosaïste parisienne qui a été formée à l’école de Ravenne en Italie. J’ai ensuite travaillé avec une mosaïste qui m’a appris tout ce qui est taille à la marteline, notamment avec des marbres, alors qu’auparavant je travaillais à la pince. C’est un métier qui nécessite une technique irréprochable. Il faut avoir un sens artistique développé et, pour en vivre, il est nécessaire d’avoir un réseau de prescripteurs avec des architectes, des paysagistes ou des décorateurs. C’est un réseau que j’ai constitué depuis vingt  ans que j’exerce ce métier ». Delphine Deltombe présente son projet pour le bassin du square Hervo : « C’est un travail de création que j’ai mené avec l’urbaniste. Il avait comme idée de traiter ce bassin comme un anneau très lumineux pour qu’il apparaisse comme un bijou posé sur la plage. Il voulait que ce soit assez épuré et nous avons opté pour quelque chose de très blanc, avec des nuances dans la matière. C’est quelque chose de très lumineux qui sera posé sur le sable, et qui se verra bien aussi bien le jour que la nuit. » Enfin, notons que l’ensemble de l’opération s’achèvera au printemps.

Delphine Deltombe sur Kernews

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*