Ecoplage : un procédé pour réensabler la plage de La Baule et alimenter Aquabaule en eau de mer.

Les travaux sont impressionnants : une partie de la plage de La Baule est fermée au public en ce début d’année 2019, en raison de l’installation du dispositif Ecoplage. Laurent Gest, directeur général d’Ecoplage, indique : « C’est un système de lutte contre l’érosion des plages de sable. Il a été découvert par hasard, il y a une trentaine d’années, au Danemark. Ils ont eu l’idée de faire un puits sur la plage, en mettant un drain pour alimenter un autre puits. Or, ils se sont rendu compte qu’il y avait un peu moins d’eau au bout d’un certain temps et qu’un cordon de sable avait recouvert le drain. C’est ainsi que l’on a découvert que drainer une plage pouvait stopper l’érosion et même capter du sable. C’est ce système que nous installons sur la plage de La Baule ». Concrètement, sur 1 kilomètre de long, un drain va chercher l’eau de mer. Une immense pompe à chaleur a été installée sous la plage, avec un système de filtration, et l’eau de mer réchauffée part vers l’Aquabaule. Ensuite, un autre drain évacue l’eau vers l’océan. Donc, Ecoplage apporte deux solutions en une : on récupère l’eau pour chauffer les bassins d’eau de mer et on draine une partie de la plage pour ralentir l’érosion. Yves Métaireau, maire de La Baule, estime que « c’est un projet très intéressant, parce qu’il permet de réengraisser la plage de La Baule. 20 à 50 centimètres par an de sable vont revenir dans l’endroit le plus creux de la baie et, en même temps, on utilise l’eau qui sera filtrée à travers un système de drains, puis renvoyée vers un réservoir pour alimenter à travers une pompe à chaleur la piscine de La Baule, ultramoderne, qui sera ouverte au mois de septembre prochain ». Philippe Gervot, adjoint à l’environnement, ajoute que ce procédé sera plus efficace que le rechargement en sable de la plage : « C’est d’abord le constat d’une plage qui perdait son sable. Nous avons eu en 2003 un chantier important, puisque nous avons rechargé la plage en apportant 315 000 mètres cubes de sable qui venait de l’estuaire de la Loire. Mais, malgré ce rechargement, on a constaté une perte régulière de volume de sable. Il fallait donc penser à une nouvelle technique pour éviter d’avoir une plage sans sable ». En effet, « le système va permettre de capter l’eau de mer, ce qui permettra au sable de rester à la surface. Nous sommes à une époque où l’on évoque les enjeux du développement durable et les enjeux du réchauffement climatique, et on peut mettre en lumière cette capacité de mobilisation de la commune de La Baule, associée à Cap Atlantique, mais également la prouesse des industriels à travers leur réponse technique ». Yves Métaireau est fier de souligner qu’une société locale est en pointe dans ce domaine : « C’est une entreprise de Sainte-Luce-sur-Loire qui réalise ce système, donc ce sont des régionaux de l’étape qui trouvent le moyen de se faire davantage connaître à travers cette initiative. Nous avons été sélectionnés pour la COP24 en Pologne sur l’utilisation intelligente des marées et de l’eau de mer pour les piscines qui ne sont pas très loin de la plage. En même temps, cela permet de recharger les plages d’une manière tout à fait naturelle ». Ecoplage va donc protéger la plage mais, pour autant, il ne faudrait pas penser qu’un tel système soit susceptible de neutraliser le phénomène d’érosion, précise Yves Métaireau : « Cela n’a rien à voir, car il faudra, compte tenu de l’élévation probable du niveau de la mer dans les années à venir, garder le boulevard de mer et, peut-être même, le rehausser dans certains endroits, si l’on veut éviter d’éventuelles inondations dues à une élévation du niveau de la mer de 15 à 20 centimètres comme c’est estimé d’ici à la fin du siècle ».

Les explications d’Yves Métaireau et de Philippe Gervot

La vidéo de présentation d’Ecoplage avec Laurent Gest

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*