Le Grand débat samedi 16 février à Guérande.

La municipalité de Guérande organise un débat dans le cadre du Grand débat. Un « cahier de doléances » est disponible à l’Hôtel de Ville (7, place du Marché au bois) pour toutes les personnes qui souhaiteraient y inscrire leurs contributions. Une « réunion d’initiatives locales » est organisée par la municipalité samedi 16 février 2019, de 8h45 à 12h au centre culturel Athanor (2, avenue Anne de Bretagne), pour toutes les Guérandaises et Guérandais qui souhaiteraient s’exprimer au sujet des 4 thématiques avancées par l’État – à savoir la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté, l’organisation de l’État et des services publics. L’ensemble des contributions seront ensuite directement adressées à l’État, via la Préfecture.

1 commentaire sur Le Grand débat samedi 16 février à Guérande.

  1. Il n’y a pas de débat possible alors que la règle du jeu est « pipée » et imposée par Mr Macron dans les 4 thématiques qu’il a lui-même fixées afin que les résolutions hypothétiques prennent un temps suffisant, à grand renfort de fausses mesures et de brassage d’air, pour nous fatiguer et gagner du temps. Il a à dessein écarté les sujets les plus préoccupants avec action immédiate comme:
    L’arrêt total de l’immigration et le renvoi aux frontières de tous les étrangers en situation irrégulière. Cesser de leur verser des aides honteuses.
    Stopper l’hémorragie provoquée par les 1 million 800 mille fausses cartes se sécurité sociale (le vol représente 14 milliard d’Euros).
    La complaisance, l’encouragement de l’état à l’endroit de ces parasites improductifs participe de notre déficit financier et de notre insécurité.
    Des assemblées pléthoriques et inefficaces qui s’engraissent grâce à des prébendes odieuses.
    Une justice pour eux et une autre pour le vulgum pecus.etc. etc
    L’irrespect de consultations comme celle de Notre Drame des Landes après avoir tenté de tricher sur les résultats.
    Le rattachement sans concession possible de la Loire Atlantique à la Bretagne. Ne pas le faire consiste à entériner des décisions de Vichy.

    Ce ne sont que quelques sujets interdits.
    Participer à cette « réunion d’initiatives locales » dans le cadre imposé est une compromission pour ne pas dire collaboration à la farce que ce président joue à nos dépens, à vos dépens.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*