L’Office de tourisme La Baule – Presqu’île de Guérande multiplie les opérations de communication

Entre le 2 et le 29 avril dernier, tous les voyageurs qui sont passés par la Gare Montparnasse ont pu voir une grande toile de 60 mètres carrés, avec une photo des marais salants, pour promouvoir la destination La Baule – Presqu’île de Guérande. Au total, près de deux millions de personnes ont été visées par cette campagne, qui va se prolonger sur différents supports au cours des prochains mois. Cette initiative est rendue possible par le regroupement des offices de tourisme de la presqu’île, comme le souligne Jean-Pierre Branchereau, maire de La Turballe et président de l’Office de tourisme intercommunal : « Les choses se sont bien passées, grâce à la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République). Beaucoup pensent que cette loi a été un poids pour les collectivités, alors que je trouve que c’est une chance énorme. Cela fait très longtemps que je prône l’union des offices de tourisme car, aujourd’hui, les gens ne viennent plus en vacances pour quinze jours ou trois semaines. Les communes ont dû s’unir et c’est une bonne chose. Par exemple, si nous avons pu lancer cette grande campagne de communication, c’est grâce à l’Office de tourisme intercommunal, car un office de tourisme communal n’aurait jamais pu avoir cette possibilité de communication ».

Être percutant et attirer le regard…

Ingrid Perrais, en charge du développement touristique, ajoute que la campagne a commencé par cette banderole, mais que d’autres initiatives sont prévues : « Entre mai et octobre, nous allons diffuser une vidéo de dix secondes sur tout le mobilier urbain de Paris-Montparnasse pour inciter les voyageurs à venir chez nous. Nous allons également avoir sur trois soirées, au cours du mois de juin, la diffusion de notre brochure touristique sur les lignes Paris -Bordeaux, Paris-Rennes, Paris-Tours et même Paris-Lille, parce que le bassin lillois nous intéresse fortement ». Damien Dejoie, directeur de l’Office de tourisme intercommunal, commente les raisons de ce choix : « On a quelques secondes pour attirer le regard du visiteur, la sollicitation visuelle est très forte, donc il faut être percutant pour attirer le regard. Ce grand visuel est une accroche. On évoque les deux marques fortes que sont La Baule et Guérande, mais nous voulions aussi mentionner l’ensemble des communes qui composent ce territoire, parce que l’on reste attaché à la commune où l’on passe ses vacances. Il était donc important d’annoncer l’ensemble des quinze communes de Cap Atlantique qui sont citées sous le bandeau ». Damien Dejoie reste convaincu que l’on peut faire mieux pour attirer des touristes étrangers : « Il est important de communiquer sur nos bassins traditionnels, c’est-à-dire Paris et les grandes villes de l’Ouest de la France. Nous faisons aussi des opérations de communication dans les salons. Mais nous avons quand même un grand travail à effectuer avec nos partenaires régionaux pour conquérir la clientèle étrangère car nous sommes en déficit, avec seulement 10 à 12 % de clientèle étrangère. Sur le nord de la Bretagne, on atteint les 20 %, donc il n’y a pas de raison pour que nous ne puissions pas progresser. C’est intéressant, parce que c’est une clientèle qui a un panier moyen plus important et cela nous permet aussi d’étendre notre activité. J’ai rencontré un opérateur allemand qui recherche des locations sur la presqu’île et il nous a expliqué que la clientèle allemande vient souvent avant et après la saison. Nous devons développer les bassins européens de proximité avec nos partenaires, parce que les marges de progression sont importantes pour nous ».

Une vidéo de trois minutes sur les vols Air France…

Ingrid Perrais indique que d’autres initiatives sont prévues : « Nous travaillons beaucoup sur les marchés européens, dans des salons grand public ou professionnels, nous travaillons avec les influenceurs du web et nous souhaitons lancer une belle campagne de communication en 2020, puisque nous avons signé un partenariat avec Air France pour diffuser une vidéo de trois minutes sur les vols long-courrier vantant tous les attraits touristiques de la presqu’île. Nous avons fait appel à un producteur local, Charles Tiger, qui fait un excellent travail. Cette vidéo sera diffusée pendant six mois sur tous les vols long-courrier d’Air France. L’année prochaine, nous aurons aussi un énorme événement touristique, « Rendez-vous en France », qui aura lieu en mars 2020 à Nantes, avec la présence de 900 à 1000 opérateurs de voyages du monde entier ». Pour Jean-Pierre Branchereau, il est important de ne pas baisser la garde : « Nous devons être dynamiques sur le plan de la communication, parce qu’un Parisien peut aller au Portugal en une heure trente et nous devons en tenir compte. On peut aussi passer une semaine au Maroc pour 500 euros… Nous avons la chance d’avoir une grande richesse sur notre territoire, mais nous devons aussi avoir à l’esprit que l’attractivité naturelle se fait de moins en moins ».

Le secteur bancaire confirme l’attractivité de la destination.

Tous les indicateurs sont au vert et la presqu’île reste une destination attractive, comme le signale Damien Dejoie : « Pour moi, le prix du foncier est un indicateur de l’attractivité du territoire, donc on ne peut pas dire que nous sommes en perte de vitesse. Sur le plan touristique, la saison 2018 a été très bonne et le secteur bancaire confirme cela en indiquant que l’activité s’est bien portée. Il y a des secteurs qui sont plus difficiles que d’autres, comme le commerce de détail, mais nous avons quand même une activité touristique en évolution. On observe aussi le développement de la consommation de résidences secondaires. Les propriétaires de résidences secondaires ont fait beaucoup de travaux, ils consomment leur résidence tout au long de l’année et cela permet un développement touristique. Il y a plus de 40 000 résidents secondaires sur la presqu’île, dont 12 000 à La Baule, et nous observons que de plus en plus de gens viennent le week-end. Nous ne sommes plus une station balnéaire, mais une petite ville au bord de la mer ».

Damien Dejoie, directeur de l’Office de tourisme intercommunal, Ingrid Perrais, en charge du développement touristique et Jean-Pierre Branchereau, maire de La Turballe et président de l’Office de tourisme intercommunal.

Soyez le(la) premier(e) à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*